Cap ou pas cap: Escalade sur glace

output_2mgEIn.gifAprès un voyage en train lundi 18 janvier de Rennes à Genève en passant par Paris avec un Snowboard sous le bras, je donne une présentation de My Human Kit le lendemain à l’école internationale de Genève. Les enfants du primaire sont très curieux de savoir tout ce que l’on peut faire avec une imprimante 3D. Certains se demandent si on peut imprimer des maisons et la réponse est : Oui!!!

IMG_0842

Le jour suivant, Philippe Daguillon un designer, m’accueille à Sallanches (74) et me fais visiter son lieu de travail, le centre international de Design de Decathlon. C’est l’endroit où l’on imagine les sacs, baskets, pantalons…il y a également un Fablab en interne, pas encore ouvert au public mais accessible à tous les employés.

IMG_2243

Jeudi 21 janvier, sera une journée dans l’entreprise Simond à les Houches, quasiment au pied du Mont Blanc. Bureau d’étude, fabrication et montage de mousquetons, entre autres sont réalisés en interne dans cette entreprise spécialisé dans la production d’éléments d’escalade, plus précisément l’escalade glacière.

IMG_2228.JPG

Invité par Olivier Bonnet rencontré 2 mois plus tôt aux Open Design à Villeneuve d’Ascq, notre idée était d’étudier si je pouvais faire de la cascade avec ma prothèse.

9h du matin, accueilli par Alex, je découvre l’univers de l’escalade glacière : piolets, mousquetons, lame….pendant que eux découvre le mien : main myoéléctrique, emboiture, crochet….

IMG_2229.JPG

LE DEFI : Concevoir et fabriquer une pièce adaptée à mon emboiture de prothèse sur laquelle sera fixé la lame du piolet pour que je puisse faire de l’escalade le lendemain. Aucun de nous ne peut dire si cela est possible puisque aucun de nous n’y a pensé auparavant.
Après quelques réflexions et un schéma fait à main levée, Yohann un des mécanicien de l’entreprise prend un bloc d’aluminium ayant des propriétés mécaniques proches d’un piolet et commence à usiner : tournage, alésage, fraisage, perçage, ajustage….De quoi me rappeler mon passé de mécanicien, je me sens dans mon élément.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Entre la fabrication, les priorités du travail (car il faut rappeler que rien de cela n’était prévu en ce début de journée), la pause ski de rando le midi et la rencontre avec toute les équipes; la pièce prend forme durant la journée et passe d’un bloc cylindrique à un piolet fais sur mesure. Pendant ce temps, Nathan transforme le croquis fais à main levé en plan 3D sur Creo.

IMG_2257.JPG
Tu fais un peu peur là….

18H30 Alors que Romain et Yohann effectuent les derniers ajustements (inclinaison de la lame, passage de la cordelette), nous préparons le matériel avec Alex : pantalon, manteau, harnais, mousquetons, casque, chaussures, crochets, piolets, cordes, gants….
DSC01691.JPG

 

Le lendemain, vers 13H, en compagnie d’Arnaud Bayol un GMHM (guide militaire hautes montagnes), nous partons à la conquête de la glace à La Crèmerie. Nous sommes dans la nature, il fais froid, nous sommes à l’ombre pour éviter que la glace ne fonde, et on est chaud!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je commence à escalader, à tâtons, on ne sait pas si la pièce est solide ou si elle va casser au premier coup de piolet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au bout de 2-3 montées, de plus en plus confiant, et malgré mon petit bras droit qui se les gèle, je « kif  la life sur la ice ». L’escalade glacière est un monde éphémère m’explique Alex, tu ne monteras pas la même cascade 2 années de suite. La bonne glace est un peu molle, si elle est trop transparente, c’est qu’elle est trop gelée et elle risque de se fissurer si tu tapes trop fort avec ton piolet. L’escalade, ça ne sert à rien, à part peut-être apprendre à respecter la nature et rester humble car tu réalises que tu n’es qu’un homme, dit-il en me parlant du livre « Les conquérants de l’inutile ». Arnaud habitué des bases jump confirme alors que je les écoute parler de leurs précédentes expéditions au Pérou ou au Chilie, la nuit va tomber, vers 18H nous partons. Le soir, fatigué et heureux, je m’endors en lisant le manga Le Sommet des Dieux.

Toute mes remerciements à Olivier, Alex, Yohann, Patrick, Nathan, Romain et Arnaud pour leur contribution à la concrétisation de ce défi qui n’existait pas 48H plus tôt, et plus généralement à toute l’entreprise Simond pour leur bonne humeur et leur fabrication française!

Enfin, un méga gros Merci énorme à Filou et Lulu pour m’avoir accueilli toute la semaine, la raclette, la ballade en montagnes, la sortie snow et la coloc de Sallanches qui ne manque pas d’hair…..

C’est top de pouvoir faire des choses qu’on ne peut pas faire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s