Premiers protoypes D.I.Y.

Les fichiers open source ont permis de fabriquer, modifier et tester les 3 mains suivantes:

  • InMoov,
  • Ada Open Bionics
  • Hackberry

Inconvénients :

  • La motorisation n’est pas assez puissante pour assurer une bonne préhension
  • Les pièces cassent rapidement
  • La résistance mécanique ne permet pas de tenir des objets lourd
  • Il n’y a pas d’irréversibilité

Avantages :

  • L’accès libre des plans et la proximité d’un fablab offre un pouvoir d’agir pour un amputé désireux de se fabriquer une main robot.
  • Peu coûteux
  • Parfait pour découvrir la fabrication numérique
  • Permet d’avoir des interactions sociales

Conclusion : on ne peut pas fabriquer de prothèse assez robuste avec une imprimante 3D de bureau. 

InMoov

InMoov : une main robotique parfaite pour entrer dans le monde des makers. Peu coûteuse avec 100% des fichiers open source.

Ada

Comme pour InMoov, la main est imprimée en 3D avec une imprimante « de bureau » et idem, trop fragile pour un usage prothétique. La main est constitué de 3 pièces imprimés, la paume est en plastique souple. 5 moteurs linéaires ouvrent et ferment les doigts. UK, Bristol.

Hackberry

La main est constitué de 42 pièces à imprimer et de 3 servomoteurs intégrés dans la paume de la main. 1 pour la rotation du pouce, 1 pour l’index, 1 pour l’actionnement des 3 derniers doigts. Complexe à assembler et fragile, mais peu couteux et open source !

Cette rubrique présente essentiellement les mains motorisé, mais la scène makers et handicap et large, il existe d’autres projets et d’autres design comme E-Nable par exemple.